Montréal à table 2014

Montréal à table 2014

Au début du mois, j’en ai profité pour me remplir la panse à des coûts abordables. J’ai essayé trois restaurants montréalais, Manitoba, Van Horne et Bistro Cocagne, et je me suis régalée. C’est l’événement Montréal à table qui m’a permis de découvrir ces bonnes adresses sans avoir à briser mon cochon.

Montréal à table, c’est quoi?

La troisième édition de Montréal à table a eu lieu du 31 octobre au 9 novembre dernier. Cette année, 140 restaurants montréalais ont participé à l’événement. Pour ce faire, chacun des restaurants a proposé un menu trois services, entrée, plat, dessert, pour un prix fixe de 19, 29 ou 39 dollars, selon la gamme du restaurant. Ce qui est intéressant dans ce concept, c’est que les coûts sont réellement abordables. Cela permet aux adeptes de la restauration d’essayer des menus qu’ils n’auraient pas nécessairement les moyens de se permettre en temps normal ou simplement de profiter de l’occasion pour faire une sortie au restaurant.

Selon la gestionnaire des relations aux restaurateurs pour Tourisme Montréal et Montréal à table, Stéphanie Breton, 100 restaurants ont participé à la première édition de l’événement en 2012. L’an dernier, 128 restaurants s’y sont impliqués. Et ce chiffre s’est accru au nombre de 140 cette année. Il s’agit là d’une augmentation notable qui démontre l’intérêt des restaurateurs pour ce genre de vitrine.

Cette année, contrairement à l’an dernier où chaque restaurateur devait exploiter les produits à base d’érable dans son menu, ce sont les vins de France qui étaient à l’honneur. Les restaurateurs devaient faire des accords mets et vins à partir des produits vinicoles français. C’est une façon de tracer une ligne directrice et d’avoir un élément qui relie chacun des 140 restaurants durant cette semaine épicurienne.

Il n’est pas fortuit que l’événement Montréal à table ait eu lieu en début novembre. Cette période a été déterminée par les restaurants eux-mêmes à la suite d’un sondage réalisé en 2011. Le porte-parole de l’Association des restaurateurs du Québec, François Meunier, a affirmé qu’il s’agit d’«une manière de revitaliser la restauration dans une période creuse, avant les fêtes de Noël». Ainsi, Montréal à table permet un plus grand achalandage dans les restaurants pendant cette période, ce qui est bénéfique pour les restaurateurs.

Un des principaux objectifs de l’événement, selon Madame Breton, est d’attirer des gens de l’extérieur de Montréal et de toucher à une clientèle diverse. Plusieurs clients sont venus d’ailleurs pour profiter des coûts abordables et des menus qu’offraient les différents restaurants participant à l’événement. De plus, tout au long de la semaine, de nombreux journalistes ont été invités. Ainsi, «les articles produits par les journalistes font miroiter l’image culinaire de Montréal» a affirmé Stéphanie Breton. Cela a pour effet d’attirer une plus vaste clientèle, et ce, même après l’événement.

Toujours selon Madame Breton, l’événement Montréal à table contribue à créer des opportunités économiques pour les restaurateurs. Les clients, s’ils ont apprécié leur expérience, auront envie de recommander le restaurant à leur entourage et même d’y retourner, et ce, peu importe les prix réguliers du restaurant.

En plus d’attirer des clients d’outre-métropole, il faut savoir que l’événement séduit une vaste clientèle de jeunes. Près de 70% des clients de Montréal à table ont entre 18 et 34 ans selon les chiffres de Tourisme Montréal. Cela est certainement attribuable au fait que l’événement soit accessible à tous étant donné les prix proposés, mais également parce que les jeunes ont souvent plus de temps libres et moins de responsabilités familiales durant la semaine.

 Mon expérience à table

Étant moi-même une foodie dans l’âme, j’attendais cette semaine presque autant que les vacances de Noël ou que la semaine de relâche! Dès que les restaurants et leur menu respectif ont été annoncés sur le site de Tourisme Montréal, je me suis rivée sur mon écran d’ordinateur pour choisir mes destinations bouffe pour la semaine de Montréal à Table.

Cette année, j’avais envie de découvrir des restaurants que je ne connaissais pas. Ainsi, mes choix se sont arrêtés sur le Manitoba situé dans le Mile-End, sur le Van Horne dans Outremont et finalement, sur le Bistro Cocagne qui trône en plein cœur du Plateau. Trois restaurants complètement différents, avec une ambiance, un service et une carte qui les distinguent.

Une chose est sûre, je n’ai pas été déçue de mon passage dans ces restaurants! J’ai été contente de voir que chacun de ces établissements avait mis en valeur les légumes d’automne, les betteraves ou la courge, par exemple. J’ai également apprécié le fait que de nombreux produits québécois soient en vedette dans les différents plats offerts. Ces restaurants ont tous proposé un choix de viande ou de poisson. Il y avait également souvent des options végétariennes. C’est toutefois le menu du Bistro Cocagne qui était le plus vaste, avec 5 choix d’entrées et de plats principaux.

Le restaurant Manitoba m’a moins plu culinairement. J’ai trouvé les goûts très acides, les textures peu variées et la présentation des plats, aléatoire. En revanche, l’ambiance du restaurant et le service étaient impeccables selon moi.

IMG_3126

IMG_3129

J’ai mangé, au Bistro Cocagne, le meilleur boudin blanc qui soit. Alexandre Loiseau, le chef de ce restaurant, en fait son plat signature, et cela est tout à fait justifié. La qualité de la nourriture, dans ce restaurant, est irréfutable. Loiseau se fait un devoir de mettre en valeur des produits frais et de qualité. Le décor, quant à lui, n’est pas à l’image des plats qui sont servis. Il est chargé et peu actuel. On y perçoit très bien les vestiges de l’ancien Toqué (Cocagne est situé dans l’ancien local du Toqué) et les influences de Normand Laprise, chef du Toqué et partenaire chez Cocagne.

IMG_3191.JPG
Mon restaurant chouchou, pour cette semaine à table, c’est assurément le Van Horne. J’ai adoré le décor qui était épuré, blanc et immaculé. Le service était adroit et précis. Mais c’est la qualité des plats qui m’a le plus interpelée. La soupe au cuir de champignon et escargots était originale et extrêmement savoureuse. L’entrée de betteraves, mayonnaise à l’estragon et saumon basse température était joliment présentée et tout à fait délectable. En plat principal, la joue de bœuf était tendre et goûteuse, et la purée de courge lisse et colorée. Mais, c’est certainement le dessert autour de la poire qui m’a le plus surprise. N’étant pas une amatrice de desserts, celui-ci me convenait totalement. C’était léger et parfaitement équilibré, entre le crumble, la glace à la poire et la crème vanillée. Seul bémol: la présentation dans une verrine. C’est du déjà-revu!

IMG_3154-0.JPG

IMG_3157-0.JPG

IMG_3164.JPG
Encore cette année, j’ai apprécié mon expérience à Montréal à table. Je suis convaincue que ce genre d’événement contribue à enrichir l’identité culinaire de Montréal, mais surtout, à la mettre en valeur et à rendre la restauration plus accessible. Car, il faut le dire, nous avons la chance, en tant que clients, d’avoir accès à une myriade de restaurants plus différents et originaux les uns que les autres. C’est donc un rendez-vous, l’an prochain, pour la quatrième édition de cet événement gourmand.


Restaurant Manitoba
271 Rue Saint Zotique O, Montréal, QC H2V 1A4

Bistro Cocagne
3842 Rue Saint-Denis, Montréal, QC H2W 2M2 (désormais fermé)

Van Horne
1268 Ave Van Horne, Montreal, Quebec H2V 1K6

Rétroliens/Pings

  1. Montréal à table 2015 - […] manger à La Chronique. En 2013, c’était Chez l’Épicier que j’étais allée. Et l’an dernier, je m’étais gâtée en…

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *