Le Contemporain

Le Contemporain

J’ai pour mon dire que les restaurants des musées sont souvent très bons! Et hier soir, encore une fois, j’ai confirmé ma pensée. Je suis allée visiter l’exposition de Sophie Calle, Pour la dernière et pour la première fois, au Musée d’art contemporain. Une exposition touchante et humaine qui allie les mots, la photographie et la vidéo avec brio. Une exposition extrêmement vibrante qui vaut le détour. Et ensuite, avant d’aller au théâtre, je suis allée manger au restaurant le Contemporain, restaurant du MAC.

Je dois dire que j’étais titillée depuis un bon moment par les nombreux chefs-d’oeuvre culinaires postés sur Instagram sur le compte du chef-propriétaire du Contemporain, Antonin Mousseau-Rivard (lemousso). C’est ce qui m’a donc incitée à essayer ce resto… et je n’ai pas été déçue!

Les prix vacillent entre 45 et 50 dollars pour un menu quatre services: mise en bouche, entrée, plat et dessert. Un menu bien conçu et équilibré.

La mise en bouche de carpaccio et champignon a joliment donné le ton à la soirée.

IMG_4405
Ensuite, j’ai goûté à l’entrée de maquereau et betteraves, avec bacon d’agneau et caillé de chèvre: la bonne idée! Le maquereau, qu’on ne voit pas assez souvent à mon goût sur les menus des restaurants, était bien cuit et la peau, croustillante. J’ai également pu goûter au tartare d’agneau et son oeuf de caille. C’était bon, mais plus prévisible.

IMG_4419

 En repas: les agnolettis au lapin avec pistaches, sauge et beurre noisette. Un plat rafraichissant.

IMG_4407

Mais mon coup de coeur va assurément au boudin accompagné de chou et beurre de poire. Le boudin, qui était servi en galette, était très goûteux. Et que dire du crumble de parmesan qui apportait beaucoup de texture au plat. Mon petit faible: les crosnes, petits tubercules auxquels on ne pense pas assez souvent.

IMG_4412

Puisque les plats sont méticuleusement présentés, on aurait tendance à croire que les portions sont rationnées, mais il n’en est rien! J’ai eu du mal à terminer mon plat principal, faute de place!

Mais, c’est bien connu, le dessert ça va dans le dos! Alors je me suis laissée tenter par la profiterole au café et à l’érable. Miam!

Mais c’est le vacherin qui m’a conquise. C’était léger, frais et ça faisait penser à l’été (dont on rêve assidûment ces temps-ci!). La meringue, dont je ne suis pas une grande fan habituellement, était vraiment délicieuse: extra-aérienne et pas lourde du tout. Le sorbet, les suprêmes d’agrumes et la mélisse ont rendu ce dessert complet.

La bonne nouvelle c’est qu’au printemps, le chef ouvrira un nouveau restaurant, Le Mousso (Ontario et Amherst). L’ambiance y sera complètement différente (probablement beaucoup plus animée qu’au musée!), mais il y aura le même souci du détail dans l’assiette.

IMG_4415

IMG_4398

D’ici là, je vous souhaite une très belle soirée dans le quartier des spectacles et un bon appétit!


Le Contemporain
185 Rue Ste-Catherine O, Montréal, QC

2 Commentaires

  1. merci beaucoup pour cette superbe critique!!! au plaisir de vous voir au Le Mousso, ouverture avril/mai!!!:)

    Répondre

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *